Indre-et-Loire

Emplois dits fictifs au parlement européen : Angélique Delahaye se défend

L’élue tourangelle Les Républicains dénonce une manipulation du Front National.

Depuis ce mardi matin on parle beaucoup de Marielle De Sarnez, la ministre des affaires européennes du nouveau gouvernement d’Edouard Philippe. Selon un article d’Aujourd’hui en France, elle fait l’objet d’une enquête pour abus de confiance parce qu’elle aurait employé des collaborateurs dont le travail à ses côtés aurait été fictif lorsqu’elle était députée européenne. Une semaine après le début des révélations autour du ministre Richard Ferrand, ça fait donc une nouvelle polémique pour l’exécutif. Mais la ministre n’est pas la seule à être visée. Au total, 19 élus de tous bords sont concernés selon une liste également dévoilée par Le Figaro et qui a fuité par le biais d’une élue Front National, Sophie Montel.

Sur cette liste, il y a quelqu’un que l’on connait bien en Touraine : Angélique Delahaye, maire de St-Martin-le-Beau et donc députée européenne pour Les Républicains. Elle a été élue en 2014. Sur le site du parlement européen, elle déclare que 10 personnes travaillent à ses côtés, dont un stagiaire. Jointe ce mardi soir, elle affirme « tomber de l’armoire. Je ne vois pas en quoi ces emplois sont fictifs » explique-t-elle, agacée, expliquant avoir découvert cette histoire dans la presse et ne pas avoir eu affaire aux enquêteurs.

On en a donc profité pour parler un peu de son entourage… « Il y a les assistants accrédités au parlement européen mais aussi les assistants locaux. J’en ai plusieurs à temps partiel, et aussi certains en commun avec Brice Hortefeux (les deux élus ont la même circonscription de 13 départements et Brice Hortefeux est d’ailleurs aussi cité sur la liste des 19, ndlr) » détaille d’abord Angélique Delahaye.

Un nom interpelle notamment dans la liste : celui de Fabrice Boigard, élu au Conseil Départemental d’Indre-et-Loire, dirigeant chez Les Républicains 37, premier adjoint à la mairie de St-Cyr-sur-Loire et candidat aux législatives sur la 5ème circonscription pour les 11 et 18 juin prochains : « je l’avais embauché en juillet de l’année dernière et il vient de démissionner » soutient l’élue qui argue que ce cumul est tout à fait autorisé par les autorités européennes : « leurs cursus et activités sont épluchés par l’administration. On se plaint souvent qu’elle est tatillonne mais sur ce coup ça permet d’assurer la légalité de cette embauche » poursuit Angélique Delahaye qui fait aussi travailler Marion Nicolay-Cabanne, élue au conseil municipal de Tours, présidente du Centre Communal d’Action Social de la ville.

Le dernier point noté par Angélique Delahaye : « je ne consomme pas toute l’enveloppe annuelle pour la rémunération de mes collaborateurs. » Désormais, elle se laisse du temps pour étudier les accusations mais pense déjà à « une manipulation politicienne » du Front National, « c’est du niveau caniveau. Un écran de fumée. Ca lui évite de se justifier sur les comptes demandés à Marine Le Pen et consorts sur le même sujet au moment de la présidentielle quand elle a refusé d’aller chez les juges. » A voir maintenant quelles suites seront éventuellement données à cette affaire judiciaire.

O.C.