Indre-et-Loire

Pub à Paris, blogueurs invités… : l’Indre-et-Loire veut toujours plus de touristes

Le département déploie un vaste plan de communication autour de son patrimoine historique et naturel.

Les images ont fait le buzz il y a quelques jours : les grandes gares parisiennes, plusieurs stations de métro et même 1 500 tables de bistrots de la capitale étaient « décorées » aux couleurs du Val de Loire. Cette campagne de publicité massive (à 450 000€, dont 75 000 pour le département d’Indre-et-Loire) a clairement pour but de faire venir très vite de plus en plus de touristes, et notamment des Parisiens qui ne sont pas bien loin, de quoi compenser le repli constaté du nombre de visiteurs étrangers.

A en croire les services du Conseil Départemental qui ont interrogé les sites touristiques présentés sur les affiches, « on a constaté une hausse des visites de 3% dans les jours suivants ». De quoi conforter l’institution dans sa démarche alors que c’est sa deuxième grosse opération marketing en peu de temps après celle menée pour Noël au Château fin 2016 (sa façon – réussie – de rivaliser avec les marchés de Noël de l’est). La prochaine campagne pourrait avoir lieu d’ici un an… « On vient en Touraine deux fois dans sa vie. Une fois quand on est enfant, et une deuxième fois pour la montrer aux petits enfants. Si on arrive à faire venir les gens une troisième fois, ce sera déjà gagné » nous dit-on au département.

Ainsi, en présentant plusieurs possibilités de visites touristiques et culturelles, ces publicités n’avaient pas seulement pour mission d’attirer les voyageurs jusqu’à notre région. L’ambition, c’est surtout qu’ils y restent : « on veut allonger la durée de présence sur le territoire » explique Jean-Gérard Paumier, président du Conseil Départemental. 3 millions de personnes sont accueillies en Touraine chaque année, 4 millions de nuitées sont enregistrées dans les hébergements payants (donc on ne compte pas les touristes logeant en famille ou chez des amis) : l’idée est qu’ils trouvent leur compte ici pour un séjour étendu.

« La Touraine est la métropole touristique du Val de Loire » lance encore Jean-Gérard Paumier qui veut faire de son département la vitrine de la région notamment en remplissant l’agenda d’événements capables de franchir les frontières départementales, régionales et nationales : « il faut montrer que la Touraine est une terre de patrimoine et de création permanente, nous le ferons notamment via une biennale artistique que nous préparons pour 2018. »

Un travail important est aussi mené sur les monuments qui boostent leur agenda (comme la Forteresse de Chinon) ou leur aménagement (à Candé, le château du domaine vert accueillant le festival Terres du Son pourrait prochainement être meublé et diverses animations organisées dans les dépendances). Au programme encore : une exposition autour de l’art divinatoire au Musée Rabelais de Saché, une autre autour de la mode du XIXème siècle à Candé, la multiplication des propositions artistiques à l’Hôtel Gouin (8 000 visiteurs pour la dernière expo), des animations autour des mythes du Moyen-Âge à la Cité de Loches...

Et pour toucher toujours plus de publics, le département investit aussi dans des propositions en faveur des touristes handicapés avec des visites en langue des signes, par exemple (la Forteresse de Chinon et le Musée de la Préhistoire du Grand-Pressigny sont labellisés Tourisme et Handicap). Il parie aussi sur Internet, les réseaux sociaux (Facebook, Instagram) et les blogueurs. Alors qu’avant, c’était surtout les journalistes qu’il fallait séduire, les « influenceurs » du web sont désormais courtisés, voire invités pour découvrir l’Indre-et-Loire : « des français comme des étrangers à qui l’on essaie de fournir la matière nécessaire en fonction des thématiques sur lesquelles ils travaillent » précise l’Agence Départementale du Tourisme.

Olivier COLLET