Indre-et-Loire

Bords de Loire à Montlouis : une association critique les travaux

Et dénonce un "massacre environnemental".

A Montlouis-sur-Loire, l'association Changeons d'Ere se mobilise vivement contre un chantier en cours sur les bords du fleuve. Avec le soutien de bénévoles de la Maison de la Loire ou de la Ligue de Protection des Oiseaux, elle a organisé une manifestation le week-end dernier, au niveau de l'île de Bondésir, site naturel protégé qui abrite plus de 600 espèces de plantes, 200 espèces d'oiseaux, 370 espèces d'insectes et 40 espèces de mammifères... En effet, depuis deux semaines, des travaux sont en cours... Dans un communiqué, l'association explique ses griefs et revendications :

"De grands arbres ont été abattus ou arrachés sans aucune précaution dont certains avaient plusieurs dizaines d’années, et sont ensuite réduits en copeaux en quelques minutes. Le constat est que ce chantier ne respecte ni la flore, ni la faune, ni les aménagements existants comme le sentier qui était accessible aux personnes à mobilité réduite ou malvoyantes.

Aujourd’hui, à la place des sentiers, il y a de véritables routes et à la place des prairies et de la forêt alluviale, un terrain vague ! Certes, les sentiers seront sans doute remis en état, mais qui paiera ? Au regard des informations disponibles sur le site, ces travaux s'effectuent dans le cadre de la gestion du risque inondation.

Les manifestant(e)s ne remettent pas en cause le fait qu'il faille effectuer certaines coupes. En effet, la fermeture du lit majeur de la Loire est réellement problématique pour l'écoulement de l'eau. Cette fermeture résulte d'ailleurs largement des activités humaines : extraction de sable, utilisation d'intrant dans le bassin versant... C’est plutôt la façon dont sont réalisés les travaux qui pose problème. En effet, ces travaux ont été lancés sans aucune concertation ni information avec la population ou les associations. Comment espérer que la population adhère au futur plan de prévention du risque inondation si on ne prend pas le temps de lui expliquer et de l'informer sur le but de ce déboisement ?

Par ailleurs, l'utilisation de machines de gros gabarit a forcément un impact sur la faune et la flore et détruit les aménagements existants alors qu’il existe pourtant des techniques alternatives moins dévastatrices. A ceci, on peut ajouter un certain nombre de questions : quels moyens seront mis pour l’entretien courant à l’issue du chantier pour qu’il n’y ait pas le même type d’intervention dans 5 ans ?

Pourquoi raser tous les arbres sur la zone de broyage alors que ce n’est pas une zone d’écoulement des eaux ? N’y-a-t-il pas derrière la prétendue protection des populations des intérêts financiers juteux ? Quelle incidence aura l’écoulement des « jus » de copeaux stockés sur une période longue sur le site qui est aussi un site de captage des eaux utilisées dans les foyers montlouisiens ?"