Indre-et-Loire

La fraude a coûté 1,5 million d'€ à la CAF37 en 2015

200 allocataires fraudeurs ont été recensés.

Comparé avec les 110 000 foyers tourangeaux bénéficiaires d'allocations familiales, le chiffre est dérisoire. Il est pourtant en hausse de 15% en un an. En 2015, les services de la CAF37 ont détecté 200 cas de fraude dans le département pour un préjudice de plus d'1,5 million d'euros. 7 actions en justice ont même été engagées. Et la direction de mettre en garde : les contrôles sont renforcés, puisque plus d'un allocataire sur 2 a été contrôlé au moins une fois au cours de l'année écoulée, soit près de 60 000 personnes.

Frauder, c'est "simplie" : il suffit de mentir. Car la CAF verse des allocations en fonction des déclarations des allocataires. La plupart son honnêtes, surtout maintenant qu'ils savent que les contrôles sont récurrents via des échanges avec les autres administrations par exemple. Mais il peut arriver d'oublier de signaler un changement de situation quand la situation familiale évolue, parfois sans que l'intention de frauder existe, d'ailleurs. Dans ces cas-là, la CAF procède à une demande de remboursement de trop-perçu, comme il peut aussi lui arriver de compléter une allocation minorée à tort. Le véritable souci, c'est donc quand des personnes mentent volontairement et grossièrement. Et ça concernait 0,18% des allocataires tourangeaux l'an dernier.

"La hausse du nombre de fraudes qualifiées chaque année ne traduit pas une augmentation du phénomène mais bien les progrès de sa détection" précise la direction de la CAF. Le montant moyen des fraude est de 7 800€, tout de même. Mais c'est moins qu'en 2014 (8 300€). Il s'agit en majorité de personnes qui ont touché des minimas sociaux auxquels elles n'avaient pas droit comme un RSA versé à des travailleurs. 21% des fraudes ont par ailleurs concerné l'aide au logement. Seuls 3,5% des fraudes étaient liés à des faux et usages de faux ou des escroqueries, le reste ce sont des oublis volontaires ou de fausses déclarations.