Indre-et-Loire

Le monoxyde de carbone et ses dangers en Indre-et-Loire

184 personnes en ont été victimes en 2015.

Les chauffages sont rallumés un peu partout en Indre-et-Loire et comme chaque année c'est le moment de rappeler les dangers liés au monoxyde de carbone, ce gaz incolore, inodore mais qui risque de tuer s'il est respiré trop longtemps. L'an dernier en Touraine, une personne est décédée suite à l'inhalation de CO, et il s'agissait d'un suicide. Cependant, sur toute l'année 2015, 184 personnes ont été victimes du gaz, dont 156 à cause d'un dysfonctionnement dans une cave de Langeais alors qu'elles participaient à un événement (4 d'entre elles ont fini aux urgences).

Les intoxications au monoxyde de carbone ne sont pas fréquentes mais pas rares non plus : 48 épisodes sur toute la région Centre-Val de Loire, dont 14 en Touraine. La plupart du temps à domicile (8 dans le département, 2 en milieu professionnel) et concentrées sur la période octobre-mars, d'après les données de l'Agence Régionale de Santé. Si près d'une personne concernée sur 3 n'a ressenti aucun symptôme, 30% ont été victimes d'inconfort ou de fatigue, 38% de nausées, de vertiges ou de malaise. Toutes les tranches d'âge sont concernées.

Des enquêtes sont toujours menées après les intoxications. Résultat, sur la région, 67% des lieux où des personnes ont été incommodées étaient mal ventilés, dans 44% des cas il y a eu un souci lié à la météo et dans 41% un défaut d'un appareil de chauffage. Parmi les mesures de prévention répétées chaque année : penser à faire entretenir sa chaudière, aérer souvent les pièces, ne pas utiliser à outrance les chauffages d'appoint.

 

L'ARS précise que son analyse est basée sur des résultats non consolidés donc qui restent à manier avec prudence.