Indre-et-Loire

Autour de Chinon, il reste encore beaucoup de comprimés d'iode non réclamés

Ils peuvent être utile en cas d'accident nucléaire sur la centrale d'Avoine.

Il y a quelques mois, la préfecture d'Indre-et-Loire a lancé une campagne de distribution de comprimés d'iode pour les personnes résidant à proximité de la centrale nucléaire de Chinon. Il s'agit d'une mesure de prévention en cas d'accident nucléaire sur les réacteurs. Cependant, 8 mois après le début de la communication, près d'un habitant sur deux (46,4%) habitant dans le périmètre de 10km autour de la centrale n'a pas encore été chercher ses comprimés. Seule une entreprise sur 3 l'a fait, et 14% des établissements scolaires ne sont pas équipés.

L'Autorité de Sûreté Nucléaire rappelle que "en cas de rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère, la glande thyroïde pourrait être irradiée ce qui peut augmenter le risque de cancer de cet organe. Prendre la bonne dose d’iode stable, grâce aux comprimés d’iode, permet de saturer la thyroïde, et empêche l’iode radioactif d’y pénétrer. L’efficacité individuelle de l’iode stable est maximale en quelques minutes. Il est admis que l’efficacité est optimale si la prise est réalisée dans les 2 heures avant le début des rejets d’iode radioactif."

La préfecture d'Indre-et-Loire ajoute que "Pour retirer ses comprimés, il suffit de se rendre dans une pharmacie participante (liste sur www.distribution-iode.com) muni du bon de retrait qui a été envoyé au début de l’année 2016. Si des personnes n’ont pas reçu ou n’ont plus en leur possession ce bon, il est possible de se rendre en pharmacie muni d’un justificatif de domicile." La même démarche est possible si l’on est nouvellement installé dans la zone de voisinage de la centrale.