Indre-et-Loire

Comment Terres du Son a vécu la finale de l'Euro ?

Un festival bleu-blanc-rouge... ou presque.

La France en finale de l'Euro c'était une très bonne nouvelle, moins pour Terres du Son vu l'intérêt de la population pour le match. Alors forcément ce dimanche soir il y avait moins de monde sur le Domaine de Candé (autour de 8 000 personnes sur l'espace payant), même si l'Eco-Village a largement fait le plein dans l'après-midi. Si certains sont venus pour profiter des premiers concerts avant de filer devant leur télé, d'autres ont opté pour la musique, et on ne peut que les en remercier.

L'ASSO qui organise le festival a choisi de ne pas diffuser la rencontre face au Portugal. Mais impossible de l'ignorer totalement. Il suffisait de voir comment, dès vendredi, de nombreux groupes de potes chantaient "on est en finale !" Et ce dimanche, ils étaient nombreux à être venus vêtus d'un drapeau tricolore, ou de vêtements bleu-blanc-rouge (certains avec pas mal d'imagination). Tout ça sans oublier le maquillage jusque sur la colonne vertébrale, par exemple. On a également vu des bracelets, des colliers...

De leur côté, les artistes ne sont pas passés à côté. La toute jeune et passionnante Jain est ainsi arrivée avec son drapeau sur la scène Biloba à un quart d'heure du coup d'envoi, promettant de tenir au courant son public de l'évolution du score. Bien que certains ne profitaient du concert que d'une oreille, les yeux rivés sur leur smartphone brandi en l'air avec la vidéo d'M6, la chanteuse a mis une ambiance extra et le match s'avèrant ennuyeux (hormis la sortie de Ronaldo) ça a fait beaucoup de bien à tout le monde de sauter avec ses tubes tous plus toniques les uns que les autres.

Peu après dès 22h, The Shoes a opté pour une tactique particulière. Sacrifier une partie de son décor projeté sur un écran au profit du match. Pas en permanence mais régulièrement, une iniiative toujours saluée mis qui a connu quelques revers comme lorsqu'une publicité pour une pseudo-aubaine financière a tout coupé en plein milieu d'une chanson. Et à la fin, il y avait toujours 0-0, alors en fait on aurait tout aussi bien pu passer à côté.

Dans l'herbe, on voit souvent de petits groupes avec des maillots de l'Equipe de France, penchés sur leurs téléphones. La pression monte, les prolongations commencent, le Portugal marque, la France perd, tout espoir d'extase footbalistique s'éteint mais Terres du Son bouge encore avec Soulwax et Rone qui rallument une dernière fois les grandes scènes. Danser pour oublier. Ou pour le plaisir de bouger, tout simplement.

Olivier COLLET et James TECHER