Indre-et-Loire

Ils étaient 1 200 bénévoles à Terres du Son

Un record.

1 200 bénévoles, 2 400 petites mains venues filer un coup de main pour que Terres du Son se passe au mieux. Immanquables avec leurs t-shirts (souvent customisés et deux couleurs : bleu-marine ou rouge) et leur gobelet bleu-ciel. Pour cette douzième édition, c'était encore plus la ruche que l'an passé puisqu'il y avait 300 bénévoles supplémentaires : "alors que l'an dernier certains se disaient très fatigués, les mêmes se sont parfois ennuyés ce week-end" souriaient les trois dirigeants de l'ASSO lors de la traditionnelle conférence de presse de clôture du festival.

Alors étaient-ils trop nombreux ? Ca ne semble pas être le cas à écouter les organisateurs qui veulent tout de même réfléchir à la façon de pérenniser ou faire évoluer ce bénévolat en jouant sur l'intégration mais aussi sur la pérennisation avec un noyau dur qui serait mobilisé tout au long de l'année. 

En tout cas sur la prairie et l'Eco-Village, dans les lieux de vie des festivaliers ou en coulisses, ils étaient partout pour souahiter la "bienvenue aux toilettes", accueillir les artistes, guider les spectateurs, servir les bières au bar, s'occuper du camping, réaliser le journal du festival ou les photos pour le site live (www.terresduson.com/live), tenir la cantine, monter et démonter le site...

Des bénévoles qui vivent entre eux pendant plusieurs jours dans leurs commissions (développement durable, jeune public...) et se sentent un peu comme en famille, au point qu'il y a un petit baume au coeur chez certains quand la dernière soirée s'achève. On repense aux bons délires, aux tâches parfois ardues mais souvent grisantes... Pour leur rendre hommage, voici un reportage photo.

Olivier COLLET, Delphine NIVELET et James TECHER