Indre-et-Loire

Les campeurs de Terres du Son déjà à fond

Ils s’installent progressivement en contrebas du domaine de Candé.

Trouver le bon emplacement au camping de Terres du Son c’est tout un art. Si possible avec un peu d’ombre, dans un coin où il ne sera pas trop difficile de retrouver sa tente une fois la nuit tombée, et – éventuellement – dans une zone qui n’est pas infestée de moustiques (et ça c’est quasi mission impossible). Ce vendredi après-midi, alors que les concerts du festival tourangeau n’avaient pas encore commencé, ils étaient déjà nombreux à monter leur matériel (certains avec plus de difficultés que d’autres) et on sentait que la fête avait déjà commencé.

Dans la foule, beaucoup de Tourangeaux : Chinon, Fondettes ou encore ceux qui nous viennent tout droit de Montlouis-sur-Loire et promettent que l’on va entendre parler d’eux tout au long du week-end. Quoi de mieux que de baisser leur pantalon pour le prouver ? Ca, c’est fait.

Pas très loin, il y a aussi les Bretons, venus de Vannes et de sa région (56 en force). Sermonnés gentiment par quelques bénévoles (notez que les pistolets à eau sont interdits, plan vigipirate oblige) et qui sont venus avec Mélanie, leur bizut (c’est son premier festival de toute sa vie). La jeune femme de 24 ans a préféré Terres du Son aux Vieilles Charrues (trop commerciales au goût de sa bande de potes) et ne vient pas que pour les concerts, l’éco-village la tente également beaucoup.

Alors que c’est l’heure de la sieste, certains sont déjà en mode décalage horaire et trinquent pour un premier apéro, vu la chaleur intense (près de 30°) les tenues légères sont de sorties, les tatouages éphémères aussi… Au-dessus de cette chouette clairière bordée d’arbres, une odeur commence aussi doucement à s’imprégner. Odeur de citronnelle, évidemment. Et ça, heureusement que c’est légal…

Olivier COLLET

Les premières photos des campeurs…