Indre-et-Loire

C'est désormais Enedis qui gère le réseau électrique

Donc par exemple quand il y a des pannes.

ERDF devient Enedis. Ca ne devrait empêcher personne de dormir mais c'est plutôt bon à savoir le jour où vous en entendrez parler, par exemple en cas de souci sur le réseau électrique. Il s'agit de la nouvelle marque du gérant du réseau électrique français, l'entreprise publique habilitée notamment à assurer la maintenance des différentes lignes (les fameuses voitures bleues) et c'est tout de même 1 000 salariés en Centre-Val de Loire pour 1,4 millions de foyers clients et 130 millions d'euros d'investissement chaque année.

Enedis, donc, a depuis peu un nouveau directeur régional : Eric Beaujean, 53 ans, bon connaisseur de la région mais aussi... de la Hongrie, de La Réunion ou de La Russie où il a travaillé dans le passé. Il a donc connu les cyclones ou encore les froids extrêmes (à comparer aux pluies de ces dernies jours...). Son grand chantier du moment, et jusqu'en 2021, c'est le compteur Linky, le compteur électrique nouvelle génération au doux nom de personnage de dessin animé et présenté comme l'outil qui va vous permettre à vous client de faire baisser votre consommation d'énergie en la mesurant depuis Internet (plus de 100 000 foyers d'Indre-et-Loire testent le dispositif depuis plusieurs années).

Sauf que Linky ne fait pas du tout que des heureux, avec des associations créées contre son installation, des maires réticents, des réunions publiques houleuses... Eric Beaujean assure qu'il n'y a jamais eu d'étude sérieuse prouvant une dangerosité du compteur, que celui-ci "émet moins d'ondes qu'un grille-pain", que les clients peuvent décider si oui ou non ils autorisent la transmission de leurs données de consommation, que les autorités ont validé le dispositif, "qu'une minorité agite de fausses peurs" même s'il reconnait un déficit de communication pour bien expliquer le remplacement des vieux compteurs par Linky (obligatoire) et promeut aujourd'hui "le dialogue".

Le directeur d'Enedis concède tout de même que l'analyse de la consommation permettra de proposer "de nouvelles offres" pour répondre aux besoins, sorte de réponse par exemple à la disparition des heures creuses l'après-midi pour des milliers de foyers d'Indre-et-Loire.

O.C.

Au fait, Enedis recrute : "25% de nos salariés ont moins de 4 ans d'ancienneté" nous explique la direction régionale, notamment à la recherche de femmes.