Indre-et-Loire

15 500 embauches prévues cette année en Indre-et-Loire

Beaucoup de jobs saisonniers mais aussi un nombre important d’emplois dans des petites entreprises.

C’est devenu un rituel, comme celui des chiffres mensuels du chômage (qui seront d’ailleurs publiés ce mardi à 18h) : chaque année, Pôle Emploi envoie un formulaire aux entreprises de la région Centre-Val de Loire afin de savoir quels sont leurs éventuels besoins de main d’œuvre pour l’année à venir. Et ça y est, on a les résultats : 15 527 intentions d’embauche ont été clairement formulées par les dirigeants d’Indre-et-Loire et 54 000 sur l’ensemble de la région. Plus d’une entreprise sur 5 a l’intention d’agrandir son effectif, principalement dans le bassin d’emploi de Tours, Loches étant le secteur où les projets sont les moins nombreux.

Bonne nouvelle : dans notre département, les intentions d’embauches sont en hausse et supérieures à la moyenne régionale. Mais cela ne veut pas dire que les postes seront bel et bien créés, d’autant que le taux de chômage a plutôt tendance à grimper ces derniers mois. En fait, l’économie ne va pas assez bien pour absorber toutes les entrées sur le marché du travail. En plus de ça, une bonne part des projets de recrutements concerne des postes saisonniers (environ 40%, un peu moins que l’an dernier), les CDI sont rares et surtout plus d’un recruteur sur 3 estime qu’il aura du mal à trouver le salarié qui correspond au profil qu’il recherche.

« Ces résultats nous permettent de préparer notre politique d’achat de formations avec la région » explique Pôle Emploi qui affirme que sa mission n’est plus seulement d’être un agrégateur d’offres (ce que font très bien de nombreux sites Internet) mais d’orienter les demandeurs d’emploi vers les entreprises qui correspondent à leurs profils.

Si deux projets de recrutements sur 3 concernent des sociétés de services en Touraine, un autre chiffre a son importance : en Centre-Val de Loire, plus de 40% des structures qui veulent embaucher ont aujourd’hui moins de dix salariés et une sur 3 en a moins de 5. C’est souvent elles (via les startups, le commerce ou l’artisanat) qui créent la dynamique d’un bassin d’emploi même si de gros plans d’embauches dans les centres d’appels ou lors d’ouverture d’usines font plus de bruit.

Alors quels sont les métiers les plus pourvoyeurs d’offres ? Sans surprise, on a besoin d’animateurs dans le secteur du socioculturel (centre de loisirs…), de main d’œuvre pour les vignes, d’employés dans la restauration (serveurs et commis), des artistes, des aides à domicile, des agents d’entretien. L’Indre-et-Loire est un département touristique et agricole, c’est donc toujours ces secteurs-ci qui sont les plus pourvoyeurs de nouveaux emplois, mais il s’agit en général de postes saisonniers. On y trouve également des secteurs qui ont traditionnellement du mal à recruter : aide à domicile, agents d’entretien et hôtellerie-restauration. Dans la construction c’est encore pire : plus d’une société sur deux estime qu’elle aura du mal à trouver un salarié (dans un secteur en plus frappé par la crise). Ce qui oblige Pôle Emploi à trouver des solutions pour rendre ces métiers attrayants, « l’image est en train de changer » nous assure-t-on…

Olivier COLLET

 Illustration : c'est notamment dans la viticulture qu'on va embaucher en 2016.