Centre-Val de Loire

3 petits bouts de Centre-Val de Loire au Festival de Cannes 2019

De l’animation, de la science-fiction et un drame.

Le Festival de Cannes c’est l’un des plus grands événements de l’année cinéma… et les chiffres donnent le tournis : 200 000 spectateurs attendus sur la croisette en 12 jours, 40 000 personnes accréditées dont 4 500 journalistes. De plus, 62 films ont été rassemblés dans la sélection officielle, qu’ils soient en compétition ou pas. La 72ème édition du Festival débute donc ce mardi 14 mai avec une cérémonie d’ouverture orchestrée par Edouard Baer. La remise de la Palme d’Or est programmée le samedi 25.

Même à des centaines de kilomètres de nos départements, quid de la région Centre-Val de Loire à Cannes ? Il y a deux ans, elle avait brillé grâce au prix remis à 120 Battements par minute de Robin Campillo, soutenu localement et en partie tourné à Orléans. Le réalisateur est d’ailleurs dans le jury 2019. Cette année encore, des œuvres soutenues en terres ligériennes vont être présentées à des pros du monde entier dans les Alpes-Maritimes. Des projets accompagnés par Ciclic, l’agence qui finance le cinéma, les documentaires, les séries ou les films d’animations tant qu’ils s’implantent en partie sur le territoire.

 

1 – L’heure de l’ours – en compétition officielle catégorie courts métrages

Ce court-métrage d’animation de 13 minutes d’Agnès Patron a été tourné dans les studios de Vendôme dans le Loir-et-Cher. La réalisatrice qui produit depuis 2011 a déjà été remarquée dans plusieurs festivals internationaux par exemple avec Chulyen, une histoire de corbeau qui a ramené une quinzaine de prix.

Synopsis : Ce soir-là, les maisons prendront feu. Les hommes et les femmes se mettront à trembler. Les enfants se rassembleront en hordes hurlantes, dansant seuls parmi les cendres, rappelant à eux les ours sauvages. Car le cri d'un seul suffira à tous les réveiller !

 

2 – Les Particules – sélectionné pour la Quinzaine des Réalisateurs

 

 

Ce projet de science-fiction du réalisateur Blaise Harrisson a été soutenu à l’écriture par Ciclic. Ce jeune cinéaste franco-suisse est par ailleurs sélectionné à la Quinzaine de Cannes pour la seconde fois et pourrait bien en être une des sensations, le buzz autour de son long métrage semblant en train de monter.

Synopsis : Pays de Gex, frontière franco-suisse. P.A. et sa bande vivent leur dernière année au lycée. A 100 mètres sous leurs pieds, le LHC, l’accélérateur de particules le plus puissant du monde, provoque des collisions de protons pour recréer les conditions d’énergie du big bang, et détecter des particules inconnues à ce jour. Tandis que l’hiver s’installe et que P.A. voit le monde changer autour de lui, il commence à observer des phénomènes étranges, des modifications dans l’environnement, de façon imperceptible d’abord, puis c’est tout son monde qui semble basculer...

 

3 – Sick Sick Sick – sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs

Aidé depuis le Centre-Val de Loire pour chercher une co-production étrangère, ce long métrage d’Alice Furtado a été réalisé entre la France (via la société régionale Ikki Films), le Brésil et les Pays-Bas. C’est la deuxième fois que la réalisatrice vient à Cannes après y avoir présenté un court-métrage en 2011.

Synopsis : Silvia est une jeune fille introvertie lassée par son quotidien, entre famille et lycée. Elle semble chercher quelque chose qui la ferait se sentir plus vivante. Elle croit l’avoir trouvé en la personne d’Artur, un adolescent qui débarque dans sa classe après avoir été expulsé de plusieurs lycées. Silvia est fascinée par la vitalité d’Artur qui souffre pourtant d’une maladie grave, l’hémophilie.