Centre-Val de Loire

Le bébé panda de Beauval enfin baptisé : il s'appelle Yuan Meng

L'épouse d'Emmanuel Macron s'est déplacée pour la cérémonie.

Le bébé panda du Zoo de Beauval fête ses 4 mois ! Depuis cet été, il a bien grandi : "il ressemble à une peluche" explique Delphine Delord, la directrice du parc du Loir-et-Cher. Une peluche de 45cm et... 7kg, contre un peu plus de 140g à la naissance.

Célébrité en France et dans le monde entier, ce petit qui vit encore à l'abri des regards a droit aux plus grands honneurs... Pour lui choisir un nom, il a ainsi fallu respecter tout un processus. La tradition veut que les soigneurs chinois proposent des noms à la première dame chinoise, qui en choisit un et le soumet à la première dame française.

Brigitte Macron a ensuite fait le déplacement en personne ce lundi à Beauval avec le vice-ministre chinois des affaires étrangères et l'ambassadeur de Chine afin de révéler ce fameux petit nom : Yuan Meng, qui signifie "un souhait qui se réalise", comme le souhait du zoo de réussir à faire naître un bébé panda en captivité, ce qui n'est arrivé que 3 autres fois en Europe. Et ça n'a pas été simple : Huan Huan (la femelle) et Yuan Zi (le mâle) ne se sont pas accouplés, il a fallu une insémination artificielle et un échec en 2016 avant de parvenir à une grossesse cette année. De plus, on rappelle que deux bébés sont nés mais que l'un d'eux n'a pas survécu.

Yuan Meng va encore rester à l'abri des regards pendant environ un mois. Il sera présenté aux visiteurs du parc à la mi-janvier, mais devrait encore rester un moment à l'abri avec sa maman avant de faire ses premières sorties : "il commence à marcher, à rouler", poursuit Delphine Delord, "bientôt il va commencer à jouer et à manger du bambou." Encore ponctuellement cocooné par les soigneurs du parc pour que Huan Huan souffle, il restera dans le Loir-et-Cher jusqu'à son sevrage, vers deux ans. Là, il partira vivre dans une réserve en Chine, le pays en étant propriétaire. Beauval a par ailleurs signé un contrat de dix ans pour héberger ses parents, arrivés en 2012. Il reste donc encore du temps pour espérer une seconde naissance ("mais pas avant 2019" nous dit-on).

Aujourd'hui, 1 860 pandas vivent en liberté : "l'espèce n'est plus menacée" note Delphine Delord qui affirme que la "pandamania" autour de la naissance de Yuan Meng est aussi un bon moyen de parler de la conservation de l'espèce. Mais également un business juteux pour le zoo (communication gratuite dans les médias, produits dérivés...). Ce dernier affirme que pour l'instant les entrées n'ont pas vraiment augmenté depuis cet été, mais ce pourrait bien être le cas en 2018, quand cet adorable ourson chinois sortira de sa tanière... En attendant, vous pouvez écrire une lettre "panda" au Père Noël car des timbres spéciaux ont été édités... La Pandamania est vraiment partout !

 

PS : Par contre, étranges ces images du bébé panda exhibé dans un petit espace et entouré des humains...