Centre-Val de Loire

Après les transports scolaires gratuits, la FCPE veut d'autres mesures

L'association de parents d'élèves demande notamment une réforme des tarifs des cantines au lycée.

Comme nous l'expliquons dans cet autre article, le 1er septembre les transports scolaires seront gratuits en Centre-Val de Loire suite à une décision du Conseil Régional. Une mesure dont se félicite l'association de parents d'élèves FCPE qui plaide néanmoins désormais pour d'autres avancées... Elle s'exprime ci-dessous :

"Les élèves des agglos et métropoles (comme celle de Tours, ndlr) n’entrent pas dans le champ d’application de cette politique et ne seront pas à égalité de traitement de leurs camarades. La FCPE demande que l’effort soit fait dans ces collectivités pour que la gratuité soit appliquée. La FCPE souhaite un travail sur les circuits scolaires de manière à réduire les temps de transports et modifier les circuits en conséquence.

La FCPE demande aussi que le coût de la restauration puisse se régler selon les revenus des familles. Chaque lycée fait comme il l’entend, il n’y a pas de cohérence et le prix fort n’est pas toujours la démonstration de meilleure qualité. La FCPE attire l’attention sur les recours aux Fonds Sociaux des établissements qui sont débordés et ne peuvent répondre à toutes les sollicitations.

La FCPE dénonce le recul net de la mise en place des TAP (Temps d’Activités Périscolaires) au profit de simples garderie voire de rien du tout, alors même que l’Etat fournit une enveloppe budgétaire. L’esprit de la loi visait à permettre à tous les élèves de pouvoir découvrir des activités d’ordre culturel ou sportif, certaines communes ont fait le choix d’en priver leurs écoliers.

Enfin, la FCPE constate que le rôle de représentant de parents d’élèves n’est pas respecté comme il le devrait ni comme le prévoient les textes. Les conseils de classe se tiennent en matinée à des horaires incompatibles avec leur présence, les remboursements de frais de déplacement ne se font pas, les espaces parents n’existent pas dans tous les lieux de scolarité et ce n’est pas facile à obtenir.

Dans le cadre du projet académique 2018/2022, la FCPE attend des axes forts pour une académie audacieuse à l’attention des élèves. Tendre vers la suppression des exclusions d’établissements, inventer en matière de climat scolaire, ouvrir au moins un lieu de scolarité pour jeunes précoces, respecter toutes les prescriptions en matière d’inclusion pour le handicap, innover sur les modalités d’évaluation, rendre effective la co-éducation, encourager l’activité des CVC, CVL et MDL, réduire le décrochage scolaire, accompagner les élèves en difficulté."