Autour de Tours

Le violeur présumé s'était échappé par le faux plafond de l'hôpital

On en sait plus sur les circonstances de l'évasion, dimanche matin, du suspect dans l'affaire des viols en série sur Tours entre juillet et novembre. Dimanche matin, ce dernier s'était échappé du service psychiatrie de l'hôpital Trousseau avant d'être rapidement retrouvé dans l'ouest de l'agglomération par la gendarmerie.

L'homme suspecté d'avoir commis trois viols sur des jeunes femmes entre juillet et novembre, avait été arrêté à son domicile samedi 11 novembre, puis incarcéré à la maison d'arrêt de Tours. Samedi matin, présentant des signes alarmants d'agitation, son placement avait été décidé en unité psychatrique. Ne pouvant être transféré dans la journée en unité de détention spécialisée, il fut dirigé vers l'hôpital Trousseau, dans une chambre fermée à clé.

C'est de cette chambre qu'il s'est échappé dimanche matin en passant par un faux plafond duquel il a extrait un rail en métal. Une fois descendu dans les couloirs de l'hôpital, il se servira de cet objet comme arme pour menacer le personnel soignant parti à sa recherche et s'enfuir de l'hôpital.

Retrouvé par la gendarmerie, l'homme voulait semble-t-il mettre fin à ses jours. Il a été depuis transféré en unité hospitalière spécialement aménagée près d'Orléans, c'est à dire une unité hospitalière implantée au sein d’un établissement de santé, mais sécurisée par l’administration pénitentiaire.