Ailleurs

Un week-end d'évasion aux Vieilles Charrues

Un festival "CARHAIX'ment chaud" On y a même croisé des Tourangeaux.

Juste lunaire ce 25ème Anniversaire des Vieilles Charrues en Bretagne. "On l'attendait" a assuré Jérôme Tréhorel, directeur du festival. Le public aussi : nouveau record d'affluence battu sous une tempête de ciel bleu Bretonnante le week-end dernier : 278 000 Festivaliers sont venus à Carhaix - Suisses, Tourangeaux (on a vu des Charentillais, il y en avait aussi dans l'équipe de bénévoles), Vendéens, Parisiens, Bretons... étaient venus dans une ambiance "Retrogaming", en référence aux débuts du Festival, dans les années 1990.

Si l'évènement a été marqué par une note tragique lors de l'attentat qui a eu lieu sur la Promenade des Anglais à Nice, le festival a gardé son cap tout en observant une minute de silence après le concert de Michel Polnareff et reprise peu après minuit à l'initiative de Pharrel Williams, puis par de nombreux artistes (pluie d'étoiles pour The Avener, briquets et portables allumés sur la chanson de John Lennon Imagine), et ces quelques mots des Niçois d'Hyphe Hyphen : "on va prouver qu'on n'a pas peur. On a la gorge serrée, mais on va chanter encore plus fort !"

Rétrospective détaillée en texte et captations de concerts :
Last Train : Groupe tempétueux de 4 jeunes Alsaciens portés par des titres explosifs et survoltés en pleine tournée française, revendiquant un rock hypnotique en ouverture du festival sur la scène Glenmor déployant une émotion saisissante.

Ladylike Lily : la jeune artiste Rennaise multi instrumentiste aux accents sucrés qui avec finesse a su envoûter le public de par sa voix lumineuse et ses mélodies Pop.

Entre Soul et Modernité, le Duo Français très sensuel Her formé par Victor Solf et Simon Carpentier a imposé sa musique pop riche d'ondes sensuelles aux influences classiques et charnelles sur la scène Kerouac. Jeanne Added à l'énergie imparable et au charme électrisant a délivré un show magnétique très rock. Entre l'émotion et la sensualité de la chanteuse du groupe The Kills, Alison Mosshart, le public a craqué et s'est laissé emporté musicalement.

En soirée d'ouverture Les Insus ont bien fait de rebrancher le Téléphone, acclamés par le public (toutes générations confondues). ils ont mis le feu et ont proposé un show grandiose durant près de deux heures. Un live énergisant d'une intensité exceptionnelle partagé à l'unisson sur de vieux tubes comme New York avec toi, Le jour s'est levé, Un autre Monde... Une Terre gonflable a été confiée au public par Jean-Louis Aubert aux côtés de Louis Bertignac et Richard Kolinka.

Figure incontournable de la scène Musicale Rennaise, le rockeur toujours aussi touchant Dominic Sonic a électrisé la foule. Lou Doillon en parfaite harmonie avec son public a offert une jolie parenthèse de douceur en toute intimité. Fort d'une discographie intemporelle, le groupe Britannique Tindersticks emporté par son leader Stuart Staples a enchanté les Vieilles Charrues sur un set d'émotions poignantes. Le rock punk explosif du groupe Californien Fildar a donné le ton et déchaîné la foule ! A tout juste 24 ans, Vald s'est emparé de la scène Grall avec un Show délirant.

Plus qu'un artiste hors norme, Parov Stelar a transformé littéralement Kerouac en Dancefloor géant mêlant à l'électro une multitude d'instruments authentiques et classiques tels que la trompette, le saxo et la guitare. Vêtues d'une combinaison rouge de mécano les jumelles Franco-Cubaines Lisa-Kaindé et Naomi Diaz du groupe IBEYI ont offert un concert plein d'élégance étoffé par la profondeur de leur musique et leurs voix féériques nourrissant un Negro Spiritual contemporain mêlant électro et hip hop.

Le célèbre Trompettiste Ibrahim Maalouf a séduit les festivaliers en livrant un show de grande qualité. Il était accompagné des jeunes de l'Ecole de musique Malouine afin d'apporter son soutien suite à la fermeture annoncée de celle dernière. A 76 ans, malicieuse, audacieuse, dans sa robe bleue à paillettes, la diva des Caraïbes Calypso Rose de Trinité-et-Tobago a su mettre l'ambiance dès les premières notes avec son infinie tendresse, sourire et déhanchement.

Le duo inséparable et baladins attachants Voulzy-Souchon riche d'une belle complicité a enchaîné successivement ses tubes devant un public intergénérationnel. Hyphen Hyphen a fait de sa prestatiohn un moment bouillant survitaminé avec une fin de concert touchante, électrisante en rendant hommage aux victimes de l'attentat.

Le légendaire groupe anglais Suede nous a présenté un concert survolté. Sur un rock déjanté, le groupe anglais le plus subversif  The Libertines a fait danser le public et retourné les coeurs...

La jolie Toulousaine de 24 ans, Jain, m'une des artistes les plus prometteuses de cette nouvelle génération a apporté une réelle bouffée d'air sur scène et réservé une surprise de taille en se jetant dans la foule enfermée dans une bulle de plastique. Une vraie bête de scène ! Succès garanti pour le jeune britannique aux accents Folk et Blues de 22 ans, Jake Bugg. Louane pleine de vie, souriante, rayonnante a fait une entrée fracassante sur scène,t a régalé ses fans dans un vent de fraîcheur à couper le souffle et à mis du baume au coeur ! Le détonnant quatuor Electro Rock LAS AVES a embarqué la foule avec musique incandescente. Mention spéciale aussi pour des découvertes comme le tout jeune Petit Biscuit de son vrai nom Mehdi Benjelloun.

Lors de la dernière journée et dans le cadre de son unique date française de l'année, la chanteuse américaise très attendue Lana Del Rey a envoûté Carhaix et n'a pas hésité à faire chanter régulièrement la foule en lui tendant son micro. Se sont enchaînés les Concerts de Too Many Zooz  Editors pour terminer en beauté avec Major Lazer  La Yegros, reine de la Nu Cumbla en clôture du Festival.

Tant de souvenirs... Prochaine édition les 13, 14, 15 et 16 juillet 2017, mais avant le festival se poursuivra en octobre prochain à Central Park à New-York pour une soirée d'exception "VIELLES CHARRUES" qui réunira Mathieu Chedid, The Avener, The Celtic Social Club, Krismenn & Alem.

Patricia PIREYRE

Et maintenant, les photos...